Gaugemancy

GAUGEMANCY
Pièce chorégraphique pour 4 interprètes 


Concept & Performance Ali Moini
Distribution (pouvant varier selon les représentations) Émi Sri Hartati Combet, Clément Courgeon, Miguel Garcia Llorens, Chandra Grangean, Ali Moini
Instruments / Programmation Fred Rodrigues
Scénographie Ali Moini
Musique 9T Antiope (Nima Aghiani + Sara Bigdeli Shamloo)
Lumière Stéfane Perraud
Regard Extérieur  Myrto Katsiki
Régie technique Samson Milcent
Administration de production Yann Gibert

Production Selon l’Heure
avec le soutien de la Fondation d’Entreprise Hermès dans le cadre de son programme New Settings

Coproduction
Avec le soutien d’Arcadi Île-de-France, La Passerelle SN St Brieuc, EMPAC New York, La Place de la Danse CDCN Toulouse/Occitanie, Charleroi Danse, Le Manège SN Reims, le Phare CCN le Havre, Theater Freiburg.

Soutien
Compagnie en résidence à La Passerelle, scène nationale de Saint-Brieuc, La Briqueterie CDCN Val de Marne, Intitut Français dans le cadre des résidences Hors les Murs, EMPAC New York, Tanzhaus Dusseldorf, le Centre National de la Danse.


Création 2 octobre 2018, La Passerelle Scène Nationale Saint Brieuc 


Gaugemancy repositionne le travail d'Ali Moini autour du mouvement contraint, le déplaçant sur le terrain du collectif et de la création sonore.
Avec son titre en farsi issu d’un proverbe populaire iranien, Man Anam Ke Rostam Bovad Pahlavan, la création d’Ali Moini entraînait en 2016 les spectateurs dans un troublant jeu de manipulation avec un double métallique. Auparavant, le chorégraphe s’était confronté toujours seul, à des dispositifs mécaniques artisanaux - élastiques et aimants (LIVES), clips / couteaux et lanières ((My Paradoxical Knives) - afin d’expérimenter la production d’un mouvement sous contraintes.

Pour son nouveau projet, Gaugemancy, Ali Moini déplace sa recherche sur le terrain du collectif et s’entoure de quatre compagnons de scène. Titre composé de gauge, jauger en français et mancy, mancie désignant un ensemble de croyances, la pièce s’articule autour des notions de force et de pression appliquées dans divers champs d’activités humaines tels que la pratique de lutteurs et la création sonore.
Gaugemancy éprouve les risques pris pour gérer, dépasser et même faire usage de la force et de la pression. Car relève dans sa note d’intention Ali Moini « la pression engendre le changement. Il nous arrive de souhaiter en jauger l’étendue. Il nous arrive même, par miracle, de tomber juste »: 

Les termes de Prise, Course, Tour, Réglage, Coupure, très présents dans les questions qui m’amènent à démarrer ce projet possèdent chacun un large éventail de significations. Il nous appartient d’en choisir une plutôt qu’une autre. C’est aussi le cas pour les termes de Force et Pression.  

De l’Art à la Guerre, ces deux termes sont associés à des phénomènes de changement, quels que soient les domaines auxquels on les applique.
Cependant, il y a des facteurs précis qui tentent de nous forcer au changement, ou d’exercer une pression pour nous amener à changer. Il n’y a ici que peu de place pour l’interprétation personnelle de ces terme, il s’agit donc plutôt de cerner les causes de leur émergence.
Par définition, la force est un agent qui amène un objet, le membre d’un corps, un individu ou une masse à traverser la pression qu’elle exerce sur tout élément.
Ces termes sont souvent pensés comme des facteurs auxquels on essaierait de résister si l’on refusait le changement: nous soutenons la force, nous composons avec la pression.

L’amplification et l’affaiblissement d’une force et d’une pression, l’augmentation et la diminution de leurs sources ou de leur zones d’application, et les moyens par lesquels ils nous manipulent et génèrent de nouveaux éléments, tout cela constitue ce autour de quoi le spectacle « Gaugemancy » (en français Jauge-Mancie) s’articulera.
Observer attentivement ces éléments au sein d’activités étroitement liées à la Force et la Pression dans un champs de déclinaisons très large: de la pratique des sourciers à celle du lutteur, dans la confection de pâtisserie ou de feutrage, incluant différents ingrédients, qu’ils soient sonores, charnels, ou autres… quelles que soient les régions dans lesquelles on les pratique, de la France à l’Iran.
Enfin, explorer les manières employées pour mettre en pratique ces deux concepts afin de produire, concrètement, des aliments, un savoir ou des croyances, et générer à nouveau des forces, de la pression, peut-être de l’art, de la guerre, etc. Et les risques que nous prendrons pour les gérer, les surpasser et même en faire usage.

La Pression engendre le changement.
Il nous arrive de souhaiter en jauger l’étendue.
Il nous arrive même, par miracle, de tomber juste.



Calendrier de production et de diffusion

Préparation / Recherche
Février-mars 2017: Recherche in-situ à Téhéran & Shiraz

mai – juin 2017: Résidence de recherche à la Tanzhaus NRW, Düsseldorf
septembre – octobre 2017: Recherche in-situ à Téhéran
novembre 2017: Résidence de recherche à l’EMPAC, Troy _ New York

Résidences de création

mars 2018
: résidence à La Briqueterie CDCN Val de Marne 
avril 2018
: résidence à La Place de la Danse CDCN Toulouse/Occitanie + CN D Pantin
mai 2018
: résidence à Charleroi Danse
juin 2018: La Passerelle SN St Brieuc
juillet 2018: résidence à Le Phare CCN Le Havre 
septembre 2018
: résidence à Charleroi Danse + La Passerelle SN St Brieuc

diffusion 2018
2 octobre 
: La Passerelle SN Saint Brieuc
6 novembre : Le Manège SN Reims

9+10+11 novembre : Centre Pompidou, Paris _ avec le soutien de la Fondation d’Entreprise Hermès dans le cadre de son programme New Settings
15+16 novembre : Charleroi Danse, Bruxelles